FAQ

La dénutrition

Je maigris beaucoup, dois-je consulter ?
Vous perdez du poids et cela vous inquiète. Il est important d’en comprendre les raisons et pour cela, vous devez consulter. Si vous êtes atteint d’une maladie, parlez-en au médecin qui vous suit. Si vous ne souffrez d’aucune pathologie et que votre perte de poids est progressive ou importante, consultez votre médecin traitant. A partir de quelle perte de poids peut-on parler de dénutrition ? Nous sommes nombreux à vouloir perdre du poids. Outre les diktats de la minceur prônés par la société moderne, la recherche d’un poids « idéal » est un objectif pour se maintenir en bonne santé. C’est une démarche volontaire, un combat aussi, pour la plupart de ceux qui luttent contre le surpoids et l’obésité. Mais il arrive que l’on constate une perte de poids alors qu’aucune action n’a été entreprise pour cela. Involontaire, cette perte de poids doit vous alerter et vous amener à consulter votre médecin traitant. En effet, pour bien fonctionner, notre organisme a besoin d’une ration quotidienne d’aliments qui vont lui apporter l’énergie, les protéines, les lipides, les sucres, les vitamines, les électrolytes et les éléments traces dont il a besoin. Si vous perdez du poids, c’est qu’il y a un déséquilibre entre ce que vous mangez et les besoins de votre organisme.
Mon enfant ne veut plus manger
De nombreuses raisons peuvent amener provisoirement votre enfant à ne plus s’alimenter de façon suffisante. Il est légitime de s’en inquiéter dès lors que cela s’inscrit sur une certaine durée. Peser et mesurer régulièrement un enfant est indispensable durant toute la période de croissance. Les courbes de poids et de taille doivent être régulières et ne pas comporter de cassure. le signe important est la perte ou l’absence de prise de poids, avec ou sans ralentissement de la croissance staturale. Une perte ou une absence de prise de poids inexpliquée expose à la dénutrition mais peut être aussi l’indice d’une maladie sous jacente. C’est la raison pour laquelle, il faut absolument consulter le pédiatre ou le médecin traitant. En l’absence de courbe de poids et de taille, l’indice de masse corporelle (IMC) doit être calculé et interprété en fonction des courbes de référence figurant dans le carnet de santé. En dessous d’un certain seuil (IMC < 3ème percentile pour l’âge et le sexe), le médecin recherchera des signes cliniques de dénutrition ou de signes orientant vers son origine. Une prise en charge globale de l’enfant sera alors initiée. Elle suppose de définir le poids cible, d’adapter les apports protéino-énergétiques et de définir les modalités de prise en charge (orale, entérale, parentérale). Dans tous les cas cette attitude sera évaluée et adaptée.
Mes vêtements sont devenus trop grands
Il arrive que l’on perde du poids sans s’en rendre compte et certains signes comme des vêtements devenus trop grands ou encore une bague qui flotte autour du doigt peuvent évoquer une dénutrition. Face à un tel constat, il faut réagir et en parler au médecin afin qu’une prise en charge soit mise en place pour en limiter les effets.
Je n’arrive pas à garder ce que je mange
Des vomissements mais aussi des diarrhées répétées peuvent être une conséquence de votre pathologie ou de votre traitement. Il est impératif de les signaler à votre médecin afin de limiter la perte de poids pouvant être responsable d’un état de dénutrition.

La nutrition entérale

La gastrostomie me fait très peur
Ne plus pouvoir s’alimenter normalement et avoir recours à la nutrition entérale grâce à une gastrostomie, pour éviter une dénutrition, peut être une source d’angoisse en raison du geste chirurgical qu’elle impose. Il s’agit pourtant d’une technique éprouvée, généralement très bien tolérée, qui permet une alimentation artificielle discrète. Elle n’empêche pas des prises alimentaires pour le plaisir et permet de passer un cap difficile.

La nutrition parentérale

Je vais recevoir ma nutrition parentérale à domicile
La nutrition parentérale permet de couvrir nos besoins nutritionnels lorsque l’alimentation par la bouche ou la voie digestive (nutrition entérale) est impossible ou insuffisante.

La nutrition parentérale est une solution généralement transitoire en dehors de certaines maladies qui l’imposent de façon permanente. Dans ce dernier cas, la prise en charge est faite par un centre agréé et a lieu le plus souvent au domicile.