La transplantation fécale : un traitement efficace

bactéries

La transplantation fécale : un traitement efficace

7 juillet 2017
|

« A la suite de diarrhées chroniques qu’aucun médicaments ne parvenait à soigner, on m’a proposé une transplantation fécale. »

 

La transplantation fécale, également appelée « bactériothérapie fécale » ou « greffe fécale » représente un axe thérapeutique dans des pathologies potentiellement graves.

 

Clostridium difficile : responsable de diarrhées chroniques

La bactérie Clostridum difficile est à l’origine de maladies contractées généralement à l’hôpital (maladie nosocomiale), et qui se caractérisent par des diarrhées chroniques, aiguës, parfois glaireuses, de crampes abdominales et d’une sensation de malaise général. L’infection peut également survenir lors des poussées inflammatoires de MICI. La bactérie Clostridium difficile est devenue résistante à la plupart des antibiotiques, ce qui rend très complexe le traitement de l’infection intestinale et entraîne des récidives de la maladie. Or, chaque récidive augmente le risque que le prochain traitement antibiotique soit inefficace.

 

Le microbiote, un écosystème connecté à notre cerveau

Le côlon abrite des milliards de bactéries formant un véritable écosystème à l’intérieur de notre organisme et avec lequel nous vivons en parfaite symbiose, quand tout va bien. Cet écosystème s’appelle le microbiote intestinal. Il comporte plusieurs espèces bactériennes en proportion variable d’une personne à l’autre, de sorte que le microbiote est la carte d’identité d’un individu, au même titre que son groupe sanguin. Le microbiote joue un rôle majeur dans la digestion et le maintient d’une bonne santé. Dans le cas d’une infection causée par Clostridium difficile, le côlon est envahi par une espèce bactérienne agressive et le microbiote, fortement perturbé, ne parvient plus à rétablir son équilibre originel et à remplir son rôle.

 

Une alternative à l’antibiothérapie

Face à une infection intestinale à Clostridium difficile récidivante et résistante aux antibiotiques, la transplantation fécale apparaît comme un traitement de choix. Il consiste à supprimer le microbiote malade et à le remplacer par celui d’une personne saine. Ce traitement est réalisé à l’hôpital, par une équipe formée, dans des conditions très encadrées. La récupération d’un microbiote sain se fait grâce à un don de selles, le plus souvent par un parent afin que sa composition soit la plus proche possible de celui de la personne malade. Le microbiote sain est traité selon le protocole spécifique, puis « transplanté » dans le côlon de la personne infectée qui aura été débarrassé de son microbiote malade. La transplantation se fait par projection dans le côlon grâce à une coloscopie ou à l’aide d’une sonde naso-duodénale (il s’agit d’un fin tuyau qui descend le long de l’œsophage jusque dans l’intestin). Certaines équipes médicales ont également mis au point un traitement par gélules contenant le microbiote fécal du donneur sain.

 

Cette technique n’est à ce jour utilisée que dans quelques centres français, mais elle donne d’ores et déjà des résultats très encourageants sur le traitement des infections intestinales à Clostridium difficile récidivantes.